Les paperoles ou l’art du papier sublimé

Un nain colérique
8 novembre 2019
Les gigoulins, des compositions capillaires appartenant au folklore
17 mars 2020

Les paperoles ou l’art du papier sublimé

Également appelée « technique du quilling »*, cette technique ancestrale consistait à rouler, d’une manière rudimentaire, des bandelettes de papier afin de confectionner des décors théologiques en trois dimensions. Ces ornements se retrouvaient dans les foyers tournaisiens, dans le but de prolonger la pratique religieuse à domicile. Perçue comme l’orfèvrerie des pauvres dans notre cité, cette technique prit son essor en Chine au IIème siècle avec l’invention du papier et de l’origami.
Son usage était réservé à la décoration de reliques des Saints. Placés sous un cadre en verre, les paperoles traduisaient une version sophistiquée des « petits paradis ». Patiemment, cet art s’est étendu dans les milieux bourgeois avant de s’étendre, de se démocratiser et enfin de se rendre accessible à tout public.
Le Musée de Folklore et des imaginaires abrite une collection de reliquaires à paperoles en dévotion à la Sainte Vierge…. à découvrir sans tarder pour les amoureux d’histoire et de patrimoine!
*quilling a pour origine le mot « quil » en anglais qui signifie « plume », cet outil qui permettait d’enrouler les petites bandelettes de papier.