La mort

La bière et les brasseries
8 novembre 2019
La plus vieille friterie de Belgique
8 novembre 2019

La mort

C’est un corbillard qui ouvre l’espace dévolu à la mort.
Dans une vitrine, tu découvres le visage du Christ taillé dans l’ivoire. À l’arrière, un crâne est représenté. Il s’agit de celui d’Adam, dont Jésus est venu «racheter» la première faute.

Les compositions en cheveux de défunts

À côté, est disposée une belle collection d’encadrements avec un verre galbé présentant des compositions réalisées à partir de cheveux de défunts. Le plus grand est assez exceptionnel car il comporte les cheveux de trois générations, des grands-parents aux petits-enfants.
Ces encadrements étaient suspendus à domicile, souvent la chambre.

Une seringue à baptême

Dans une vitrine, est disposée une seringue à baptême. Cet instrument était utilisé quand on craignait l’accouchement d’un enfant mort-né. Celui-ci ne pouvait être baptisé et son âme était vouée aux limbes… Pour éviter cette situation, on pouvait procéder, pendant la gestation, au baptême au moyen de cette seringue en étain.

Poursuivre sa mission dans la mort

Dans une dernière vitrine, se trouve une caisse ouverte qui fait penser à une petite crèche de Noël. Y sont disposés un calice, un plateau appelé « patène », les deux burettes pour l’eau et le vin, un cierge. Ces objets ont été façonnés en cire. Cette caisse était placée au pied du cercueil lors de ses funérailles d’un prêtre, afin qu’il poursuive sa mission.